BLOG

hoomy et les collectivités face aux volets fermés

hoomy et les collectivités s'allient contre les volets fermés

Publié le Mercredi 29 Novembre 2017

Pas facile de gérer une collectivité dont 70% des administrés qui paient des impôts locaux ne vivent pas sur place. C’est le cas de nombreuses villes balnéaires. En imaginant hoomy, nous nous sommes interrogés sur le rôle que nos équipes terrain pourraient jouer au quotidien.

« Parmi les populations qui alimentent cette attractivité, les résidents secondaires occupent une place remarquable. Notamment par leur nombre, leur rôle dans l’hébergement touristique et leur contribution à l’économie locale. Ils forment une population à la fois résidente et touristique… Nous posons alors comme hypothèse que, loin d’être « secondaire », cette catégorie d’acteurs participe pleinement aux dynamiques des territoires, notamment littoraux et touristiques. »

Extrait de l’étude : Les résidents secondaires, des acteurs essentiels des systèmes touristiques littoraux français ? De CAROLINE BLONDY, LUC VACHER ET DIDIER VYE

Entre ancrage local et valorisation de la destination : les résidents secondaires, des acteurs « investis » au sein du territoire touristique littoral ?

Par le simple fait d’acheter sa maison secondaire, notre propriétaire investit directement dans l’économie de sa commune. Il va bien souvent acheter sur place des services ou des objets pour faire en sorte que sa maison secondaire adopte des codes de maison de vacances. Progressivement, il devient naturellement un ambassadeur de la destination. En invitant sa famille ou ses amis à venir passer des séjours sur place, il devient un acteur touristique impliqué.

Avec le temps, certains résidents délaissent un peu leur maison secondaire et les .

Ces fameux « volets fermés » comme les surnomment certains responsables de collectivités locales compliquent la gestion d’une ville et de ses habitations. Nous pouvons distinguer deux types de maison. Celle dans laquelle les propriétaires viennent en moyenne 1 fois par mois et celle qui ne sera utilisée qu’une à deux fois par an. Dans le cas de cette dernière, les symptômes sont toujours les mêmes : la boite aux lettres se remplit, les haies ne sont plus taillées, le jardin n’est pas entretenu… À cela viennent s’ajouter les effets du climat sur les volets, les peintures extérieures et parfois les toitures. C’est sur ces points que hoomy intervient. Nous apportons des réponses pratiques pour permettre à des propriétaires de suivre et gérer leur bien à distance.

Recréer du lien et lutter contre les volets fermés ! Avec hoomy, nous pouvons établir des bases sereines !

La notion de présence, de confiance peut générer du lien entre le propriétaire et sa collectivité d’adoption. La première démarche de nos équipes est de rencontrer les acteurs locaux : maires, élus, responsables d’associations. Il est important pour nous de comprendre les enjeux de la commune et d’échanger sur la notion d’utilité de nos services. Une autre volonté forte pour nous est de participer au développement de l’attractivité touristique, et particulièrement en moyenne et basse saison. Car c’est durant cette période que nos services de conciergerie prennent tout leur sens.